Nouveau Site

Un tout nouveau site est disponible pour faire bouger votre réseau sur ce lien

Ce site est en version beta depuis le 01 Novembre 2016 et sera ouvert à tous le 01 Décembre 2016

Liens utiles

 

Colloque Neurosciences et Formation 2012

LA REALITE : INTERPRETATION ET CROYANCE.

Jeudi 2 février 2012

Auditorium Chemla – Institut D'Alembert ENS de Cachan

Préambule.
Est-il raisonnable de supposer, qu’au cours de son évolution, chaque espèce a développé des organes sensoriels spécifiques, capables de procurer à chacun des êtres qui la compose, une « image » de leur corps et de leur environnement ?
Chaque animal élabore un « monde » dans lequel il vit, se développe et avec lequel il interagit. Ce monde constituerait la « réalité » de cette espèce. Ainsi peut-on avancer l’idée, de l’existence, pour chaque être vivant, d’une réalité spécifique. Toutefois, tous les êtres d’une même espèce, étant légèrement différents les uns des autres, ils n’ont probablement pas accès, rigoureusement, à la même réalité. 
 
 Si l’on considère l’espèce humaine, l’homme construirait donc, lui aussi, avec son cerveau et les données de ses organes sensoriels une réalité spécifique : la réalité humaine.Le philosophe peut alors supposer que « … ce que nous appelons réalité peut être considéré comme un rêve collectif … » « Elle (la science) est un rêve dans le rêve. » [1].Nous pourrions, aussi, imaginer cette réalité humaine comme un ensemble de phénomènes plongés dans une réalité plus vaste : la « réalité absolue ». Celle qui répond aux scientifiques lorsqu’ils l’interrogent. Celle qui resterait pourtant définitivement hors de notre portée, comme le pense le neuroscientifique : si elle existe, « nous ne savons pas, et il est probable que nous ne saurons jamais, à quoi ressemble la réalité "absolue" » [2]. Est-il possible de vivre dans le rêve, dans l’inconnu ou dans le doute ?Un chercheur en neurosciences cognitives observe : «Les malades neuropsychologiques nous ont aidé à mettre au jour une dimension de notre condition humaine, celle qui fait de nous des êtres qui ont recours à la fiction, à l’interprétation et à la croyance de manière irrépressible » [3].Sous cette hypothèse, notre réalité ordinaire se révèlerait comme le résultat du traitement, quasi automatique, des informations sensorielles par ces facultés mentales d’interprétation et de croyance. Comment se construisent, dès l’enfance, ces facultés mentales d’interprétation et de croyance ?Dans le domaine pédagogique, la croyance en la capacité d’apprentissage d’un sujet, améliore-t-elle sa réussite ? Dans le domaine médical, la croyance en l’efficacité d’un traitement, agit-elle sur l’état de santé ?Quelles sont les influences de la croyance et de la conviction sur l’identité même d’un sujet ?Le fait inconscient de croire, ou de modifier sa conviction, peut-il provoquer un changement d’état, ou de comportement, observables, dans la réalité d’un sujet?Ce colloque cherchera à dégager quelques éléments de réponses à ces questions.  [1] d’ORMESSON, Jean. La réalité est un rêve, le vertige du monde. In C’est une chose étrange, à la fin que le monde . Paris : édition Robert Laffont, 2010 ; p 229-232.[2] DAMASIO, Antonio R.. L'élaboration d'une explication . In L'Erreur de Descartes. Paris : éditions Odile Jacob Poches, 1995, p 121-160[3]NACCACHE, Lionel. Nous interprétons et nous croyons, donc nous sommes. In Perdons nous connaissance. Paris : édition Odile Jacob, 2010, p 98-100.
SK

 

 
Programme

Chairman : Bernard MAZOYER,

Professeur des Universités, Membre Senior de l'Institut Universitaire de France, Grouped'Imagerie Neurofonctionnelle, GIN UMR5296 CEA-CNRS-Université Bordeaux Segalen 


9h15- Ouverture.

9h30-Théorie de l'esprit et croyance. (Emmanuel MELLE),

Directeur de recherche au CNRS; GIN, UMR 5296, CNRS-CEA-Université Bordeaux Segalen.

 

10h30- Conscience de soi et conscience du réel.(Alain BERTHOZ),

Professeur Honoraire au Collège de France ; Membre de l'Académie des Sciences et de l'Académie des Technologies

 

11h30- Pause.

 

12h-Croyances et performances sportives. (Olivier RASCLE),

MaîtredeConférences ;Psychologiesociale ;UFRAPSRennes2.

 

 

14h- Les effets placebo/nocebo et le problème de la réalité psychique. (François SAUVAGNAT),

Professeur de psychopathologie ; EA 4050 Nouvelles cliniques, nouveaux symptômes ; Université de Rennes-II

 

15h-Pause

 

15h30-Homme, femme : du sexe réel aux réalités des sexes. (Jean-Paul MIALET),

Psychiatre ; DEA de psychologie expérimentale ; ancien Chef de Clinique - Assistant des Hôpitaux de Paris ; Directeur d'enseignement à l'Université Paris VI.

 


16h30- Table Ronde